09-10-26

Play


Ali fait une bonne remarque: je ne me suis pas beaucoup présenté. Sortez-moi à souper et je vous ferai un long discours sur toutes les singularités qui font de moi un individu si intéressant. Bon. Mon repas avec Nikki au Oz Cafe m'a vu payer la totalité de la facture. Mon remboursement? Un repas à Play Food & Wine. Nouveau resto (2008) créer par Stephen Beckta, éminente figure culinaire ottavienne (Beckta Dining & Wine), je suis allé cet été, attiré par le concept, le nom, l'engouement et la curiosité. Un peu décevant. Mais j'ai gardé espoir, estimant que mes choix n'étaient peut-être pas les meilleurs.

On dit y servir des petites assiettes qui ne sont pas en réalité toutes petites. On offre aussi un appétissant éventail de charcuteries et de fromages, en plus d'une carte de vin exhaustive. N'étant pas du tout connaisseur de vins, je me suis laissé guider par mon sympathique serveur qui m'a fait goûter quelques vins avant de faire mon choix. Quel plaisir que de se sentir comme un adulte. À l'heure du midi, ils offrent aussi un prix spécial de deux assiettes pour 20$ (il doit y avoir deux assiettes par personne par contre), ce qui s'est révélé une belle aubaine. Bouffe, maintenant...

Commençons par le plus décevant: salade de betteraves, pomme, fromage stilton et huile d'amandes. Oublions l'huile d'amande, je ne l'ai pas goûter. Les betteraves marinées ne se distinguaient pas particulièrement de celles trouvées au supermarché. Si elles étaient fraîches, on ne pouvait le savoir. Les Granny Smiths grillés ont semblé y perdre de leur acidité et de leur texture croustillante. Le fromage est, selon moi, mal choisi, ne fournissant aucun contrepoids aux saveurs des autres ingrédients, aucun complément non plus. Son goût dominait le reste et j'admets sans remord en avoir laisser plusieurs morceaux dans mon assiette. Cette assiette n'atteint pas l'harmonie nécessaire à toute bonne salade.
Le chef se reprend vite. Thon sur carré de risotto avec curd de citron et tempura de gingembre. C'est tellement joli du thon. Je le regarde toujours quelques moments avant d'oser le manger. Ici on trouve l'harmonie qui manquait à la salade. Thon tendre, à peine cuit, avec une petite croûte salée. Le risotto est riche et, frit, devenu juste un peu croquant. Le curd (je ne crois pas que ça se traduit) au citron est un superbe complément aigre, qui coupe les autres saveurs riches sans les atténuer. J'ai mangé le tempura seul, sucré salé, fort, original. J'en mangerais un bol.

Sur le menu, on lit "croustillante côte courte de boeuf, sauce Cumberland, topinambour et épinards." Disons que je ne m'attendais pas à ceci. Voyons voir à l'intérieur.
Donc, boeuf tendre, imbibé de son jus et de son gras, pané et frit. Pané et frit. Je souriais, oui. Après avoir croqué la croûte, sur mon palais se déploie une intense et savoureuse saveur de boeuf. Bon comme le boeuf peut l'être. La sauce vient rendre un peu de complexité aux bouchées. Une merveilleuse mise en scène. Le topinambour, dont on mange les tubercules, est tiède, avec ce bon et subtil goût de légumes-racines, mais s'avère accessoire. Les épinards sont bien sautés, goûtant d'ail frais et de sel de mer. Les parents devraient en servir à leurs enfants difficiles.

Jamais assez de boeuf: onglet de boeuf, champignons, frites et aïoli. L'onglet, qui rappelle la bavette, est ici mariné dans de la sauce de soja, de l'ail, du gingembre et du thym, démontre les capacités de la cuisine. Un beau médium-saignant (bien que je préfère saignant), avec une bonne croûte caramélisée. Les champignons sont doux et nets, idéal entre deux bouchées de steak. Les frites. Les frites! Cuites dans du gras de canard, elles sont supérieurement croustillante, tout en demeurant tendre à l'intérieur. Bien salées, trempées dans l'aïoli fait maison, elles sont parmi les meilleures frites qu'on trouve dans le coin.

Puisqu'on avait pas assez mangé, passons au déssert. Croustade aux pommes et canneberges, gelato à la cannelle. Pas assez de croustade, mais sinon, sympathique et surtout attirante interprétation du dessert traditionnel. Heureusement, pas trop sucré ni trop riche.

Un des bons repas que j'ai mangé cette année, je vous y convie. Une salle bien conçue, atmosphère pas du tout prétentieuse. Service instruit, courtois et amiable. Je ne vois pas trop d'inconvénients à cet endroit. Ils me reverront, c'est certain.

Play Food & Wine
1 rue York (coin York et Sussex)
Ottawa
http://www.playfood.ca/

0 commentaires:

  © Blogger template 'Minimalist E' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP