09-11-24

Perdre le coco


J’suis pas parfaite. En fait, je suis très loin d’être moindrement considérée parfaite. Parfois, j’essaie de trouver des raisons valables derrière les actions injustifiables que je fais… ces excuses se résument à : je suis blonde, c’est le H1N1 (je suis persuadé que le virus est en moi et qu’il attend le moment parfait pour surgir : genre juste avant le réveillon! Imaginez, prise dans mon lit, incapable de manger) ou ce sont les deux ou trois verres de vin que ma mère a consommé lorsqu’elle était enceinte du fœtus qui, un jour, est devenue moi…

Pourquoi ces tendances philosophiques et ce questionnement? Hier midi, j’ai encore agit avec absurdité résultant en un mal de ventre et des haut-le-cœur… Tout a commencé, il y a un mois quand j’ai découvert ce petit vidéo amusant sur chow.com qui explique comment cuisiner un « œuf sous vide ». Bon l’appellation est mauvaise : l’expression « sous vide » réfère à une technique de cuisson à de basses températures, sur une longue période de temps et dans des sacs de plastiques hermétiquement fermés. Mais le vidéo m’intriguait tout de même, moi qui adore les œufs pochés mais qui trouve dommage la perte fréquente de l’albumen (le blanc). Ceci dit, j’ai décidé de mettre en exécution mes skillz de cuisinière et de tenter l’expérience avec deux œufs, en revenant de mon cours du lundi. Avec le premier œuf, j’ai utilisé de l’huile d’olive sur le plastique, j’y ai ajouté l’œuf et des épices. Le deuxième coco n’avait pas d’huile sur le plastique mais les mêmes épices.

Où est l’erreur? Dans mon choix d’épices… estragon, thym, menthe et… poivre citronné. Au moins deux de ces épices n’ont pas d’affaire à accompagner un œuf, encore moins lui toucher dans un petit baluchon en plastique et cuire avec dans une casserole d’eau : menthe et poivre citronné… Sérieusement Ali? Menthe? Poivre citronné? Pourquoi? POURQUOI? Si au moins le H1N1 se serait manifesté à cet instant… pour me sauver de cette humiliation et me déculpabiliser.

Mais la vraie question ici c’est… comment as-tu fait pour avaler une bouchée? Encore moins, trois ou quatre? C’est simple… j’essayais de me convaincre que c’était bon… ensuite intéressant et là, après le premier haut-le-cœur, sa cliqué. Ok, crache, vite crache!!

Finalement, la conclusion de l’histoire ici c’est… bon il y a plusieurs conclusions : 1) ne me faites pas confiance avec une armoire d’épices 2) l’huile n’est pas nécessaire à la recette (à moins de l’utiliser pour aromatiser) car les deux œufs se sont très bien décollés du plastique 3) le temps de cuisson s’approche plus du 4-5 minutes que du 3 minutes (pour un jaune coulant) 4) les inspirations hâtives et les résurgences d’imagination lorsque l’on s’aventure en cuisine peuvent entraîner les résultats attendus… ou non

0 commentaires:

  © Blogger template 'Minimalist E' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP