09-11-09

Pookie's Thai


Il y a des constantes dans la vie qui sont un peu décourageantes. Ma tête sera toujours un peu trop grosse pour mon corps, par exemple. D'autres, comme la cuisine thaïlandaise, le sont moins. Toujours complexe, lumineuse, intense, fine. Pookie's Thai est un resto qui ne m'a jamais déçu, et ce après environ une dizaine de visites. On s'y rend détendu, sachant trop bien que, peu importe ce qu'on va manger, on sera comblé et heureux.


Le kanompang na goong, toasts de crevettes rose (5,50$) est le parfait coup d'envoi (surtout si on a faim). Quatre tranches (il en manque une dans la photo, j'avais faim) d'un léger pain mince, recouvert d'une pâte de crevette, sucrée et savoureuse, enveloppés d'une panure salée délicate. Croustillant, mais onctueux à la fois, il ne manque que la sauce de concombre, d'arachide et de nam pla pour en faire la bouchée parfaite. Ça passerait bien à la Cage aux Sports.


Pour le même prix, on peut aussi choisir le tao hoo tod, soit des triangles de tofu frit. Mais ça serait le mauvais choix.

Gaeng ped pedyang, 13,50$. Un cari de poitrine de canard avec ananas, raisins, poivrons et oignon. Notre serveuse (aussi propriétaire, aussi personne la plus adorable que j'ai connue) m'offre la version épicée, défi que je ne sais refusé. Verser sur du riz, d'apparence si simple, c'est un plat grandiose et raffiné. Le cari est, tel qu'annoncé, épicé, chatouillant la bouche, oscillant entre la chaleur et l'exaltation. Et riche, qu'il est riche. Si j'avais même un peu de retenue, je n'oserais pas finir ce plat, parfaitement velouté et lourd, mais ne nous laissant pourtant pas du tout incommodé. Des morceaux de peau de canard, gras et salé, un peu de riz, un cube d'ananas, tout se complémente à merveil. Un de mes plats préférés en ville.

Le pad thai (11,50) est bien représenté. Plat national thaïlandais, on voit plusieurs interprétations échouer, trop sucré, trop visqueux, trop flasque. Ici, les nouilles sont parfaites, un tantinet caoutchouteuses. La sauce est bien balancée. L'oignon frais, le poulet tendre et les légers filaments d'oeuf ne déçoivent pas non plus, dans ce met éternellement satisfaisant.

Pad si ew, 13,50$, soit un sauté de soja, légumes et fruits de mer, est peut-être le plus quotidien des trois plats. Néanmoins remarquable. Les nouilles, imbibés de soya, un peu sucré et huileuse, sont plus larges que dans le pad thai, et s'emballent bien autour des légumes, des cubes de tofu, des pétoncles, des crevettes et du calmar. Les pétoncles sont particulièrement remarquables, légères, fondant sous la dent, sucrée: spécimen idéal. J'ai oublié de prendre en photo un quatrième plat, lui de poisson (je ne sais pas lequel, il était blanc), pané, frit, recouvert d'une sauce gommante et recouverte de légumes hachés. Très bon.

C'est un peu loin, mais si vous voulez goûter au resto thaïlandais préféré d'Eric Ricou, vous allez devoir vous y rendre.

Pookie's Thai
2280 avenue Carling

0 commentaires:

  © Blogger template 'Minimalist E' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP