09-12-13

Ju Xiang Yuan

Mes parents et mon frère étaient sceptiques quand je leur ai suggéré d'aller manger à un restaurant chinois. La réputation faite aux restos chinois n'est pas des meilleures. Mais on parle en bien de Ju Xiang Yuan, on dit même que c'est plutôt authentique. Je les ai donc persuadés et, comme d'habitude, j'ai eu raison de le faire. Sachez, par contre, que, ne connaissant rien de la cuisine chinoise, sichuanaise ou cantonaise, je ne sais pas trop comment composer un repas chinois. Donc je vous demande pardon si j'ai eu l'air d'avoir commandé n'importe quoi.


Ci-haut, des dumplings (on peut dire boulettes en français, mais le terme porte à confusion) au porc avec sauce aux arachides. Le porc était juteux et salé et la pâte l'entourant mince sans être gluante. La sauce au goût sucré d'arachide faisant un beau contraste, mais le sucre granulé (vous pouvez le voir si vous faites agrandir la photo) rajouté sur le tout n'est pas du tout nécessaire, atténuant les autres saveurs.

Un assiette d'aubergines et de lanières de porc est plus équilibrée, jouant entre l'aigre et le doux. La texture des aubergines est vraiment en primeur ici, douce et soyeuse, bien imbibée de sauce. Le porc donc un peu de consistance au plat.

Des crevettes kung pao faisaient bon usage d'un frais et agréable crustacé. Faites attention aux piments: frits et croustillants, ils s'allient à un soupçon de gingembre pour rendre ce met très épicé.

Ce plat de poulet à la sauce aux haricots noirs, servi grésillant, était l'étoile du match. Je ne sais pas trop quelles parties du poulet ils ont utilisées, mais les morceaux étaient tendrissimes au point que j'aurai eu de la misère à les identifier si je ne les avais pas commandé. La sauce, plus salé cette fois-ci, agissait en bon complément.

Un sauté de fèves avec des miettes de porc paraît assez banal sur le menu. Or, les fèves sont croquantes, sucrées et salées aussi par le porc et son gras, comme des petites succulentes miettes de bacon. Elles baignent aussi dans une huile au chili légèrement parfumée. Je pense que j'aurais mangé plus de légume quand j'étais petit s'ils avaient été servis comme ceci. Sacrés parents.

Le boeuf sichuanais était plus salé que les autres, et bénéficiait de l'usage d'huile de sésame, et aussi des petites rondelles de chili parsemées çà et là. Avec du riz, c'est un met plus que satisfaisant, mais, comparé au reste de notre repas, rien d'épatant.

Un succès, selon moi. On est repartis le bedon plein, mais aussi avec une nouvelle appréciation pour la cuisine chinoise et, dans mon cas, une curiosité accrue. D'autres visites sont à venir (je dis ça pour presque tous les restos que je fréquente, c'est vrai).

Ju Xian Yuan
641 rue Somerset Ouest
Ottawa

  © Blogger template 'Minimalist E' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP