09-12-05

Production alimentaire avec en masse de beurre


Je suis debout depuis 6h00 ce matin afin d’étudier pour mon cours de cuisine. Oui…j’ai un cours le samedi et Oui… je dois suivre des cours de cuisine (c’est mon deuxième! Et dernier : ouf!) Vous allez aussi être surpris d’apprendre (autant que moi) que la majorité des recettes que nous apprenons en classe de « Production Alimentaire de Masse » sont, disons, pas très saines. Par exemple, une omelette aux champignons (avec 3 œufs) demande pour un total de 25 mL (presque deux cuillères à table) de beurre clarifié et 30 mL de cheddar fort. J’ai vraiment aucun problème avec le cheddar mais si vous avez expérimenté comme moi, plus jeune, le fameux fromage dans le micro-onde sur des biscuits soda… vous savez que ce produit réagit pas très bien en présence de chaleur. Bon, alors le résultat? Une omelette brûlée qui flotte dans ses jus de beurre-gras de fromage-œufs pas assez cuit et des commentaires du professeur comme « ouin… entk sa vaut pas la peine de recommencer, ça va pas changer ce que je pense de vous… »
Qu’est-ce que sa veut dire sa : « ça va pas changer ce que je pense de vous » ? Vive les commentaires constructifs… Puis c’est tu notre faute si tout ce que l’école peut fournir c’est des petites poêlonnes cheaps qui brûle tout malgré la tonne de beurre utilisé? On méritait au moins un A pour l’effort et la décoration : le persil haché est un beau contraste vis-à-vis le brun toasté de l’omelette...
À part l’omelette, on a aussi fait… une salade Waldorf (où on a dû couper de moitié la mayonnaise demandée… c’est une salade Waldorf, pas une mayonnaise au pomme-cèleri-canneberge), des Brownies au chocolat et pacanes que l’on aurait dû nommer Brownies au beurre avec miettes de pacanes et des steaks fris au poêlon (et j’insiste sur le mot fris). Ok, bien honnêtement, les recettes donnaient généralement des résultats assez appétissant mais bon, dans une société où le quart de la population est en surpoids sa serait peut-être bien avoir des diététistes moins dépendantes au beurre (et leur apprendre comment remplacer par d’autres sources de gras plus saines? huile d’olive, yogourt-lait, etc.).
Mais bon! Fini le négatif : j’ai appris quelques notions intéressantes lors de mon étude pour le cours (en lissant le manuel On Cooking : A Textbook of Culinary Fundamentals) comme…un fruitarien est une personne qui ne mange que fruits-noix-graines car la plante est un être vivant (au même niveau que le cheval!) il ne faut pas lui nuire et seulement manger ce qu’elle nous offre. Le chef garde-manger prépare les aliments froids pour le buffet (salade, vinaigrette, charcuterie, entrées froides, etc.), contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n’est pas la personne qui nettoie le garde-manger ou celui qui garde le manger. La pieuvre et le calmar sont des mollusques. Le « halibut » est un vraiment gros poisson plat laid qui se nomme Flétan en français et finalement, il y a de la muscade dans la recette de Pomme de terre Duchesse… bein non, j’ai appris d’autres choses, mais pas grand-chose.

Mon examen pratique est samedi prochain… j’espère que le destin me réserve une bonne poêlonne et que mes coéquipiers champions brûlent pas les spanakopitas...

Sur cette note, je voudrais aussi partager avec vous mon background d’ordi depuis quelques jours, ma mère dit que je n’ai pas de bon sens, mais moi, je crois, au contraire, que c’est une œuvre créée par le bon sens : miam.

0 commentaires:

  © Blogger template 'Minimalist E' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP