10-02-07

Ceylonta


Salut cher lecteur. Es-tu prêt à m'accompagner dans un mémorable voyage au Sri Lanka? Non? Ça tombe bien, parce que je vais seulement te parler de mon repas dans un resto srilankais et sud-indien et non t'amener vers cette terre lointaine. Ça serait cher.

Ceylonta, de Ceylon, soit Ceylan en français, évoque le nom de cette île lors de la présence coloniale de l'empire britannique. Aujourd'hui, on parle surtout du pays en tant que lieu de lutte ethnique sanglante. C'est une malheureuse réalité qui fait ombre à toute la richesse culturelle, géographique et sociale de l'endroit. Et ça inclut sa cuisine. Mes quelques connaissances en cette matière me laissent comprendre que c'est une tradition culinaire très proche de la cuisine sud-indienne, mais avec des distinctions marquées lui rendant donc une certaine unicité.

Voyons en quoi ça se traduit dans ce restaurant ottavien.

Bien que je voudrais le faire, je ne peux pas faire les choix pour tout le monde quand on soupe en famille. C'est pourquoi on commence toujours avec ce masala dosai, met préféré de ma mère qui, immanquablement, nous fait remarquer « Je pense que je pourrais manger que ça! » Oui, merci maman, on le sait. Mais c'est vrai que c'est bon. La crêpe est craquante mais souple, résultat de la farine de pois chiche, qui, avec le beurre clarifié, y rend aussi un goût légèrement acidulé, très différent. Des pommes de terre cuisinées avec oignons, feuilles de cari et graines de carvi fourrent la crêpe. Toujours délicieux deux glucides d'un coup.

Le devilled chicken (ou deviled, on ne semble pas s'entendre) voit des morceaux de poulets, provenant certainement pas de la plus belle coupe, bien imbibés d'une sauce tomate aux piments chili. Sucré et épicé, quelque peu huileux, ce sont des saveurs riches et intenses, caractéristiques de cette cuisine en général.

Ici, des string hoppers, qu'on a vu à une table voisine et qu'on a su résister, sont des disques de nouilles de riz cuits à la vapeur et servi avec un mélange épicé de chili et de noix de coco et un cari de lentilles. Les nouilles sont impossibles fines mais, en bout de ligne, le tout restait plutôt insipide, sauf pour la chaleur que ça laisse en bouche.

Un kothu rotti au poulet est très populaire à notre table. Des rotti, un pain plat traditionnel, sont hachés et sautés avec une variété d'ingrédients, dont notamment des oignons, des feuilles de cari et du poulet ici très tendre. C'est un peu comme la meilleur farce de dinde de votre vie, surtout avec un petit coup de lime sur le tout. À ne pas manquer.

Si vous voyez du pain naan sur un menu, commandez-le, tout simplement. Habituellement plus fin et irrégulier, l'interprétation srilankaise du pain plat est frite et plus consistante. Un parfait ustensile pour absorber les résidus de sauce et d'huile de vos assiettes, rite de prédilection dans mon cas.

J'adore les restaurants ethniques qui servent des desserts typiques du pays, ce qui n'est pas toujours le cas. Le vattalapam, brièvement décrit dans le menu, est un pudding d'oeufs (mais qui a presque une texture de mélasse), arômatisé au cardamome, au clou de girofle, à la crème de noix de coco et au sucre de palm d'un brun profond. La note principale de ce riche et sucré dessert est le cardamome. Une heureuse découverte que ce met.

Finalement, le payasam, le dessert idéal, selon moi, après un lourd et riche repas. Frais et léger, le payasam est fait à parti d'un type de riz spécial, bouilli, donnant un résultat final qui ressemble beaucoup au tapioca. Encore du cardamome ici, mais aussi une riche crème de noix de coco, qui raffraîchit l'estomac. Le fruit jaune placé sur le payasam est de la pomme de jacque, ou du jacque, fruit du jacquier. C'est un fruit qui évoque la mangue, moins sucré, dans le goût, mais avec une texture plus charnue. Pas vraiment indispensable.

Les propriétaires du restaurant sont évidemment très attachés à leur pays natal, affichant photos et peintures démontrant les différentes richesses du Sri Lanka (une photo de Sigiriya est particulièrement frappante). Et d'après ce repas, ils ont de quoi être fier.

403 rue Somerset
Ottawa

0 commentaires:

  © Blogger template 'Minimalist E' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP