10-02-08

Nate's Deli

Que ce ravi visage vous serve de preuve: il est plaisant d'être en ma compagnie. Mais ce repas partagé avec cher M. Salvas ne fut pas que simple contemplation de pièces d'art (Photo: Attraction, de Gérard LeBlanc). Il fut aussi consommation de sandwichs. Surtout, en fait. Tout ça chez Nate's Deli, établissement vieilli de la rue Rideau.


Salvas étant, comme moi, gourmand amateur, nos choix ont été rapides et éclairés. Et après délai un étonnament bref, voilà que nos choix étaient posés devant nous.


Commençons donc par lui. Ça c'est un Reuben (12,99), arrangement classique de smoked meat (je préfère à viande fumée), choucroute, fromage suisse et vinaigrette Milles-Îles, sur pain de seigle. Salvas est vite a signalé l'absence de vinaigrette, un élément crémeux plus que bienvenu. L'addition de moutarde devrait suffir.

Mais, malgré cet obstacle potentiel, c'est un relatif succès. Salvas apprécie la viande, l'élément clé ici, plus que tout. Il chante ça texture qui n'est pas trop juteuse, retenant une bouchée plus typique du boeuf, plus filamenteuse. On oubliait ainsi la quasi-absence de fromage, qu'on a jugé de la variété commerciale, pour bien admettre que c'était un sandwich des plus satisfaisants.Or, ça ne l'a pas empêché de commander une seconde tranche de pain pour compléter son sandwich.

Pour moi, un Mike Duffy (11,99$), journaliste politique de longue date qui a donné son nom à un sandwich reflétant un quelconque aspect de sa physionomie. Donc les trois couches, du haut en bas, smoked-meat, pastrami et de chopped liver espèce de pâté moins raffiné, descendent aussi du haut en bas pour le goût. Le smoked-meat est effectivement excellent. Le pastrami, plutôt fait à partir de poitrine de boeuf qu'on laisse tremper dans une solution d'eau salé et d'épices avant de fumer, est plus tendre, plus salé et plus juteux que le smoked-meat, mais perd aussi dans ce même processus de son gras et donc de sa saveur typique de boeuf. Le chopped liver, espèce de hachis de foie de boeuf, évoque le pâté de foie, mais pas du tout assaisonné. Le goût final est assez riche, intense, mais aussi un peu sucré ce qui, étant donné la quantité dont on en a, devient un peu trop fort.

J'en glisse un peu dans mon assiette, y met quelques coups de moutarde, et retrouve ainsi un meilleur équilibre, en faisant un sandwich unique par ses diverses complexités en saveurs. La prochaine fois, par contre, ce sera un simple smoked-meat, qu'il vaut la peine de savourer seul. Enfin, seul avec des frites, qui, pour des frites congelées, sont bien croustillantes mais manquent de sel.

J'ignore toujours un peu la salade de chou et le cornichon au déli (surtout si je n'ai pas outrageusement faim). Dans ce cas, c'est bien fait. Tous les deux sont inintéressants. Mais cela ne gâche pas trop ce qui est par ailleurs un très bon repas, qui nous voyait à la fin, spéculer sur notre prochain dîner.


Nate's Deli
316 rue Rideau
Ottawa

1 commentaires:

Sonia

J'adore tes chroniques! Seul défaut: c'est de la procratination qui creuse l'appétit. Continue

  © Blogger template 'Minimalist E' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP